Visiteurs

www.cgt.fr
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Nous sommes le 29 juin 2017
Accès depuis le ...01/01/2010...
Aujourd'hui :
520
Total :
1875597
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Connexion

CTC du 26-01-2012

1°) Préparation de la mise en œuvre du contrat 2012-2016

 Dans sa présentation, le DG a déclaré avoir demandé à tous les directeurs de travailler sous forme de « projets stratégiques » (= déclinaison du COP dans les DT et les DR) glissants sur trois ans, lesquels devront être finalisés dans l’année. Il a déclaré que pour lui, il s’agit d’une sorte de « projet d’établissement ».

 Il a fait ensuite un aveu de taille en admettant que l’ONF est certes un établissement public, mais avec un fonctionnement d’entreprise. D’ailleurs, certains représentants de la direction n’ont pas hésité à parler de « l’entreprise » en lieu et place de « l’EPIC ONF »…

 Il a ensuite annoncé sa décision de fixer le maillage territorial à l’horizon 2016. Il a déclaré que selon lui, si on devait descendre en-dessous du seuil admis de 300-310 UT, il y aurait « rupture » de ce maillage. La CGT-Forêt lui a fait remarquer que ce discours est récurrent depuis 1985 (date du premier contrat de plan Etat/ONF) dans la bouche de tous les DG qui se sont succédé, mais que ça n’a nullement empêché d’aller toujours plus loin dans cette rupture. Elle a aussi fait remarquer qu’en toute logique, ce maillage devait s’appuyer non sur l’UT, mais bien sur le triage (mot qui n’a pas été prononcé une seule fois par le DG).

 Puis, il a dit que la taxe forfaitaire de 2 euros à l’hectare à laquelle toutes les communes propriétaires de forêts seront assujeties sera le meilleur moyen de rémunérer la multifonctionnalité, ce qu’a vivement contesté la CGT-Forêt. En effet, selon elle, cette taxe est au contraire un coup bas porté au service public forestier dont le socle de base est le versement compensateur qui assure une péréquation à l’échelle nationale (toutes les communes, riches ou pauvres, et toutes les forêts, productives ou non, sont en effet assurées de bénéficier de la même qualité de gestion en tous points du territoire grâce à ce principe).

Cette taxe s’apparente au forfait hospitalier : modeste lors de sa création, il atteint aujourd’hui un niveau tel qu’il dissuade beaucoup de personnes aux faibles revenus d’aller se faire soigner à l’hôpital. Bref, cette taxe forfaitaire, appelée à fortement augmenter à l’avenir, voire à se substituer au versement compensateur, est une véritable arme de guerre contre le service public de la forêt.

Et enfin, le DG a souhaité « la forte implication des personnels, sans laquelle il sera impossible de construire l’avenir de l’ONF ». A cela, la CGT-Forêt a répondu qu’il est hors de question qu’elle se rende complice d'une politique de casse de l'emploi qui conduit à l'implosion de l'ONF. Cette politique, qui découle en effet de la RGPP, outil de liquidation de la Fonction Publique, de ses missions et de son statut, mais aussi de la volonté gouvernementale de destruction du modèle social mis en place à la Libération selon les préceptes définis par le Conseil National de la Résistance, doit être fermement combattue et non pas débattue.

 

Voilà pourquoi la CGT-Forêt préfère utiliser toute son énergie en vue de la mobilisation des personnels contre ce contrat d'objectifs qui heurte profondément leur conscience professionnelle et qui ne fait qu'aggraver leurs conditions de travail.

 Après une suspension de séance, toutes les organisations syndicales ont demandé et obtenu un vote sur une motion exigeant un moratoire sur l’emploi, au moins le temps de l’audit socio-organisationnel. Sans surprise, cette motion a été approuvée à l’unanimité.

 

Vous êtes ici : Accueil CR CTC CTC du 26-01-2012