Visiteurs

www.cgt.fr
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Nous sommes le 29 juin 2017
Accès depuis le ...01/01/2010...
Aujourd'hui :
520
Total :
1875597
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Connexion

CR CTPC du 7 juillet 2011

 

2 – Lancement de l'audit socio-organisationnel

Il s'agissait de se prononcer sur un projet de marché en vue de recruter un prestataire chargé de conduire cet audit à partir de l'automne prochain.

Ci-après l'expression développée par la CGT-Forêt au vu de ce projet présenté par la Direction :

Pour la CGT-Forêt, le mal-être général ressenti par les personnels de l'ONF dans leur travail a trois causes majeures :

- les purges successives et ininterrompues que subissent les effectifs,

- les méthodes de management mises en place depuis le PPO,

- et l'organisation générale du travail et des services.

Nous avons souscrit à l'idée d'un tel audit justement parce qu'il avait comme vocation d'évaluer l'impact de l'organisation du travail sur ce mal-être. C'est du moins ce qu'il nous semblait avoir compris. C'est aussi parce que nous avons mesuré l'importance de l'entreprise que nous avons tenu à participer activement aux travaux du groupe de travail préparatoire.

Or, le militant mandaté par la CGT-Forêt pour suivre ce dossier garde un goût amer de cette expérience. Il lui a semblé en effet qu'au fil des réunions du groupe de travail, la Direction cherchait avant tout à orienter cet audit dans le but d'expliquer aux personnels les bienfaits de la mutation de l'ONF et comment ils doivent s'y adapter, la question de l'organisation du travail étant reléguée au second plan, voire évacuée. L'affaire liée à l'absence du cabinet ERGONALLIANCE lors de la dernière réunion du groupe a encore accentué ce malaise.

Dans un courrier adressé au pilote du groupe de travail, les représentants de la CGT-Forêt et du SNUPFEN-Solidaires ont proposé plusieurs modifications importantes au projet de cahier des charges défendu par la Direction. Nous les rappelons :

- intégration dans ce cahier des charges de la partie « indicateurs/propositions de plan d'actions » avec un suivi sur une période de deux ans,

- intégration également d'une méthodologie d'analyses,

- prise en compte du temps nécessaire pour la phase « terrain » estimé à 15-16 semaines,

- institution et compétences d'un comité de pilotage paritaire direction-organisations syndicales à inclure dans une annexe.

De plus, le représentant de la CGT-Forêt estime que la méthodologie doit prévoir que la phase « terrain » s'étale de début octobre à fin janvier, qu'au moins 20 unités de travail soient auditées à raison de 10 jours par unité, ce qui fait au bas mot 200 jours de travail à investir.

Or, le projet de cahier des charges soumis à l'avis du CTPC est loin de reprendre ces propositions. Au contraire, sa lecture nous fait dire que décidément oui, la Direction cherche à détourner cet audit de son objet initial.

Ainsi remarquons-nous :

- que la partie « indicateurs/plan d'actions » ne serait plus proposée par le prestataire mais serait arrêtée lors d'un séminaire CODIR (soit par la seule Direction),

- que la méthodologie d'analyses proposée n'a pas été retenue,

- que la Direction en reste à sa proposition initiale de 13 semaines pour la phase « terrain »

- que le rôle du comité de pilotage est extrèmement réduit, pour ne pas dire inexistant, et que l'annexe demandée n'a pas été incluse dans le projet.

De plus, on se rend bien compte que ce projet cherche à évacuer tout ce qui serait de nature à remettre en cause un tant soit peu l'organisation du travail. Ainsi, l'objectif affiché de l'audit ne mentionne pas « l'identification de l'origine des troubles qui affectent le système organisationnel de l'ONF grâce à l'analyse des symptômes constatés », le périmètre des prestations gomme « le fonctionnement des collectifs de travail », « la possibilité pour l'ensemble des personnels d'échanger sur leurs activités et leurs métiers, d'entretenir des relations sociales toutes catégories confondues et d'agir sur la réalisation de leur travail », toutes choses pourtant fondamentales.

En conclusion, le cahier des charges tel qu'il nous est présenté ne peut nous convenir. S'il ne subit pas des modifications profondes allant dans le sens des propositions de notre représentant, la CGT-Forêt ne pourra pas le cautionner en l'état.

Ce projet n'a satisfait aucune des organisations syndicales présentes. Du coup, il a été considérablement remanié en séance et beaucoup d'amendements apportés par les organisations syndicales ont été incorporés.

Concernant une méthodologie à inclure dans le cahier des charges, ce que demandait la CGT-Forêt, le Directeur Général a jugé préférable de laisser toute liberté aux prestataires qui répondront à l'appel d'offre pour faire des propositions, sachant, comme nous l'avons exigé, que le comité de pilotage pourra juger ces offres en fonction des propositions qui y figureront, dès l'ouverture des plis.

Le rôle et les compétences de ce comité de pilotage, qui sera paritaire (autant de représentants de la Direction que des organisations syndicales), ont d'ailleurs été renforcés.

Finalement, le projet ainsi retoqué a reçu un vote favorable de l'ensemble des membres du CTPC (sauf une abstention en provenance du SNAF-UNSA-Forêts).

Vous êtes ici : Accueil CR CTC CR CTPC du 7 juillet 2011